Mot de passe oublié ? | Besoin d'aide ?

Petite Planète

Voyages et transition nomade

Pique-nique du dimanche au parc, épisode 2, le barbecue

Lors de nos visites précédentes au parc, nous avions remarqué la zone réservée aux barbecues, bondée comme une plage en plein été.
Ce dimanche, nous étions invités à participer à un barbecue avec des familles japonaises, voici donc le reportage de l’intérieur… et comment, après la salade de riz et les calamars grillés, le pique-nique pourrait déboucher sur un voyage au Pérou ou un contrat pour ma petite entreprise!

7h30 : derniers préparatifs

J’ai cuisiné la veille, mais reste à finir la salade de riz et à monter la mayonnaise (miam, avec le café).
Notre amie japonaise nous a demandé de préparer la même chose qu’en France, french style barbecue.
Pas de merguez, juste des saucisses et de la ventrèche, une salade de riz, moutarde made in France, mayonnaise maison, deux gâteaux, et surtout du pain.
Autour de chez nous, les supermarchés ne vendent que de la baguette viennoise toute molle déguisée en pain français, il a fallu aller jusqu’à Osaka pour trouver du pain convenable.
Evidemment, french style, ça veut aussi dire que j’en ai fait beaucoup trop!

20150509 faux pain français au Japon
Vrai pain français au Japon
Préparation pour barbecue japonais

8h30 : départ

Nous allons au parc en voiture avec la famille de Takako : nous rencontrons enfin son mari!
Il travaille beaucoup, comme la plupart des salariés japonais, et passe très peu de temps chez lui.
Bonne nouvelle, il parle plutôt bien anglais 😀
Dans la voiture, la bande originale de la Reine des neiges, normal, ils ont une petite fille de 6 ans.

9h00 : occupation du terrain

La zone réservée aux babecues commence déjà à se remplir, il faut arriver de bonne heure pour avoir une bonne place.
Nos hôtes choisissent un emplacement près du point d’eau, mais en plein soleil (aïe).
On déploie des bâches et des couvertures pour délimiter son territoire.
Puis, pour se mettre en appétit, badminton et foot – oui, même moi. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour s’intégrer…

Barbecue japonais

Barbecue japonais

10h00 : arrivée des autres participants

Il y a nos propriétaires Ichiro et Nam, et leur fille, et une de leurs amies, Nao, (professeur bénévole de japonais) et sa fille.
On commence à installer le barbecue et à déballer la nourriture.
Vous connaissez le concept français de chacun apporte quelquechose et on partage? Qui veut dire en fait chacun apporte de quoi nourrir l’ensemble du groupe?
Et bien, ce principe est aussi en vigueur au Japon. On a décidément beaucoup de choses en commum. Et il y a donc à peu près 4 fois trop de nourriture 😀

Barbecue japonais

11h00 : début du barbecue

Ce que font griller les Japonais : saucisses, boeuf, poulet, légumes, en petits morceaux et en brochettes, mais aussi crevettes et calamars!
Ils trempent ensuite les morceaux dans un bol avec de la sauce spéciale.
Je ne sais pas si c’est par courtoisie ou s’ils le trouvent vraiment bon, mais ils testent tous le sandwich pain-moutarde/mayonnaise-viande, et la salade de riz les étonne beaucoup.

Barbecue japonais

Barbecue japonais

Barbecue japonais

13h30 : déménagement à l’ombre

Plus personne n’a faim, le barbecue est éteint, il fait très chaud, on déplace tout le pique-nique sous les arbres.
Notre emplacement est aussitôt occupé par de nouveaux arrivants, c’est le début du deuxième service.
Parmi eux, une famille étrangère que Nao, la prof de japonais, connait : ce sont des péruviens, installés depuis 20 ans au Japon, avec qui je discute quelques minutes en espagnol.

Barbecue japonais

Barbecue japonais

14h00 : conversation cuisine internationale

Pendant que nous grignotons des sucreries exotiques (mais qui a eu l’idée de parfumer le KitKat au thé vert??) et discutons cuisine en japanglais – je demande la recette d’un flan apporté par Nao – la famille péruvienne nous apporte une assiette de riz épicé.
On goûte, et je me fais recruter pour recueillir la recette en espagnol.
Je suis censée la traduire en anglais, et Nam la traduira ensuite en japonais.
Sauf qu’à la fin du récit détaillé de la recette, le couple péruvien décide de tous nous inviter la semaine prochaine à cuisiner ce plat avec eux, ce sera plus simple.
Et de nous servir un peu de sangria….
Je récolte au passage quelques conseils sur les meilleurs endroits à visiter au Pérou, et une proposition d’hébergement à Lima.

Kitkat au thé vert

Kitkat au thé vert

16h00 : dissolution de la frontière entre le personnel et le professionnel

Nous discutons avec Ichiro, le propriétaire, des langues et du tourisme, de nos anciens métiers et de reconversion – il a été salarié d’une grande entreprise avant de reprendre l’affaire familiale de gestion immobilière.
Il envisage d’investir en région parisienne, et nous proposons notre aide pour l’aider à choisir un quartier sûr et agréable, voire faire des visites préliminaires.

Plus tard, quand je raconte que je suis en train de construire mon site internet professionnel, il m’explique qu’il cherche justement quelqu’un pour refondre son blog, monter un site pour son affaire de location saisonnière, et coordonner l’ensemble avec sa page Facebook : est-ce que je saurais le faire?

Tout à fait, avec plaisir.
On en parle vendredi prochain?
Euh non, vendredi j’ai initiation kimono avec sa mère et sa femme ^^.
Ah oui c’est vrai, échangeons nos coordonnées Skype pour prendre un autre rendez-vous alors.

Cette discussion ne débouchera peut-être sur rien, mais elle m’a au moins fait réaliser à quel point le personnel et le professionnel peuvent se croiser dans ma nouvelle vie.

18h00 : retour et bilan

Le vent fraichit, on a retrouvé les enfants (parties jouer tout l’après-midi à l’autre bout du parc sans que ça n’inquiète personne), il est temps de remballer.
Takako refuse catégoriquement notre participation aux frais de parking, alors je l’invite à manger du pain perdu le lendemain.

Une fois rentrée, je rince l’odeur du barbecue, je mesure l’étendue des coups de soleil, et je crée un compte Facebook.
Avec mon vrai nom, et une vraie photo.
J’ai longtemps résisté, mais si je veux garder le contact avec les gens que je rencontre en voyage, comme aujourd’hui, c’est indispensable.
Mais j’ai quand même passé une heure à régler les paramètres de confidentialité…

Coup de soleil

Le lendemain : conversation imaginaire avec Maman

Mais si, je t’assure que j’ai mis de la crème solaire.
Non, je n’ai pas apporté de biafine, mais j’ai mis de la crème hydratante.
Oui je sais, que ce n’est pas pareil, j’irai à la pharmacie.
🙂

« »

© 2018 Petite Planète. Thème par Anders Norén.